PAULETTE GODDARD ET SA VILLA SUISSE : LA CASA MONTE TABOR

 

pgbiovillaaLa villa, située à Porto Ronco, tient son nom Monte Tabor de l’une des montagnes des Alpes françaises mais aussi, de l’un des monts les plus célèbres de Galilée, dans le nord d'Israël, mentionné dans les trois principales religions monothéistes. 

Cette villa, adossée à la falaise, est achetée par Erich Maria Remarque en 1931 (sur la suggestion de sa maitresse Ruth Albu) pour un montant, important à l’époque, d’environ 80.000 francs suisses. Elle appartient à l’origine à l’artiste Arnold Böcklin qui la construit sur du terrain rocheux vers les années 1900, avec une superficie de plus de 8.900 m².

Erich Maria Remarque séjourne dans sa villa (notamment avec sa première femme Jutta Zambona) jusqu'en 1939, avant de partir pour les Etats-Unis durant la seconde guerre Mondiale.
Il offre alors l'asile à de nombreux intellectuels, fuyant l’Allemagne nazie, comme l’écrivain Hans Sochaczewer et le journaliste Felix Manuel Mendelssohn (dont le corps est retrouvé pas loin de sa propriété en 1933, sans doute assassiné par les nazis). Il rencontre dans sa villa, en 1935, Paul Körner, le secrétaire d'état et adjoint d’Hermann Göring, qui lui demande de revenir en Allemagne mais il refuse. Il accueille aussi de célèbres actrices comme Marlène Dietrich, rencontrée en 1937 à Venise et avec laquelle il a une liaison de trois ans.

pgbiovilladAprès neuf années d’exil, Erich Maria Remarque revient à Porto Ronco en 1948. Ce n’est qu’au début des années soixante qu’il réside définitivement dans sa villa, et ne retourne aux États-Unis qu'épisodiquement.
La première visite de Paulette Goddard date de juillet 1951, après sa rencontre avec Erich, à New York, en avril de la même année.
Elle découvre une demeure spacieuse (plus de 200 m²) d’un style architectural classique, qui comprend deux étages dont le dernier se trouve légèrement au dessus du niveau de la route, avec la seule entrée menant au parc et à la villa. Un petit escalier lui permet de descendre vers la porte d’entrée principale de la demeure, au premier étage.

Une fois à l’intérieur, elle entre dans un large hall d’entrée qui permet d’accéder vers la pièce principale : un séjour spacieux, avec une grande cheminée, donnant sur une large terrasse qui lui donne la sensation d'être suspendue au-dessus de l'eau. Elle y déjeune lors des beaux jours avec son mari.
Elle trouve le séjour accueillant et très lumineux composé de canapés et de fauteuils confortables, d’une grande bibliothèque, d’un piano et d’un large bureau utilisé par Erich pour correspondre et écrire (notamment certains de ses romans dont Les camarades (1937)). Avec son mari, elle possède une prestigieuse collection d'art dont des tableaux de peintres célèbres tapissant les murs (Monet), des objets d’art antique, et des tapis orientaux et persans de grande valeur recouvrant le sol. Elle découvre encore les deux chambres principales et leur salle de bain, à l’étage supérieur, donnant sur de larges balcons et rencontre avec plaisir le personnel, dont des pièces sont réservés au rez-de-chaussée (composé notamment pgbiovillacd'une cuisine, d'un salon et d'une chambre).
Elle adore d'emblée la deuxième terrasse de la villa (grande de 74 m²) bordée de pots de fleurs (remplacés dans les années soixante par des grilles en fer forgé), avec une vue panoramique sur le magnifique lac Majeur et les îles Brissago, qui mène par un escalier à un jardin luxuriant en contrebas. Dans une région riche de contrastes, car alliant douceur du climat et végétation exotique sur fond de montagnes enneigées, elle s'émerveille du jardin composé au fil du temps de mimosas, azalées, magnolias, jasmins, camélias et bambous, tandis que les roses et les lianes de glycines ornent les murs, les roches et les clôtures.

Outre ses bijoux, elle adore les fleurs et aime faire de longues promenades dans son nouveau jardin, seule ou accompagnée par Erich ou l'un de ses chiens qui doivent absolument s’entendre avec les chats de la demeure.

Erich étant passionné de voitures, un garage se trouve à quelques mètres de la villa. Durant l’hiver 1965, une partie du domaine (le garage et le jardin) est détruite par une avalanche mais, la maison est épargnée alors que le couple est exceptionnellement présent. Car ils voyagent beaucoup en Europe et résident alternativement, en fonction des saisons, dans leur appartement new yorkais et à Porto Ronco.

A la mort de son mari en 1970, Paulette remplace certains membres de son personnel en embauchant notamment en 1973 une nouvelle gouvernante, mais en gardant son chauffeur.

pgbiovillaeAu début des années soixante dix, lorsqu’elle est dans sa villa, Paulette commence très souvent sa journée en descendant par un escalier assez raide, menant à un quai d’amarrage, pour se baigner, puis se promène avec son chien. L’après-midi, son chauffeur l’amène chez le coiffeur ou faire du shopping à Ascona, Locarno ou en Italie, mais aussi pour assister à quelques défilés de mode ou visiter une exposition d'art. Elle aime la musique classique, et aller au restaurant (surtout le dimanche) pour le déjeuner ou le dîner, seule ou accompagnée, notamment par la nièce de sa gouvernante, dont les études en biologie, à l’université de New York, seront payées par Paulette.
Pour ses repas, sa préférence va aux légumes, fruits et poissons accompagnés par de l’eau minérale et du vin italien, agrémentés par de petites douceurs et du champagne !
Paulette n’a pas beaucoup de rapports avec ses voisins et accueille peu d’amis dans sa villa, à l’exception notable de sa mère Alta. Elle préfère les inviter au restaurant ou aller les voir à Milan ou Zurich.
Mais après une mastectomie totale en 1975 avec des conséquences physiques et psychologiques graves, elle devient de plus en plus solitaire en évitant ses amis et voyage peu, jusqu'à son dernier passage à New York, en 1985.
Elle réside définitivement à Porto Ronco les cinq dernières années de sa vie, et réduit alors considérablement ses activités quotidiennes dans sa villa en acceptant quelques visites surtout  médicales (comme sa physiothérapeute) ou professionnelles (comme son exécuteur testamentaire ou un évaluateur de Sotheby’s ou Christie’s pour estimer ses magnifiques bijoux).
pgbiovillabElle y décède, le 23 avril 1990, suite à un arrêt cardiaque après une année confinée chez elle et sous assistance respiratoire due à son emphysème. Elle est inhumée au cimetière privé de Ronco sopra Ascona, auprès d'Erich Maria Remarque et de sa mère.

La villa est octroyée, par héritage, à l’université de New York. Mais cette dernière refusant de verser des droits de succession exorbitants, le canton du Tessin décide, afin de compenser ces droits, de vendre aux enchères la villa en 1994.
C’est la société immobilière Wetag Consulting qui est chargée de la vente, avec l’aide de Sotheby’s (qui s'occupe aussi de la mise aux enchères des meubles). Elle est vendue à l'industriel allemand Christoph Dornier, puis aux américains Gerald et Helen Farmer en 1999.

L’université d’Osnabrück en Allemagne (ville natale de Remarque) propose depuis près de vingt ans que cette villa devienne un centre international culturel pour la paix et donc la propriété du canton, mais le propriétaire de l’époque (l’université de New York) n’avait pas donné suite et cela n’était pas dans les priorités des autorités locales. Cependant certains élus tessinois (dont le maire de Ronco sopra Ascona Paolo Senn) se battent pour la transformation de la demeure en musée.  

pgbiovillaf En 2010, les propriétaires souhaitaient vendre la villa (estimée à environ 6,5 millions de francs suisses). Afin de chercher le financement nécessaire pour l’achat auprès d'autres organismes gouvernementaux, ou de fondations et associations désirant un usage public de la villa, le conseil d’Etat du Tessin, la Fondation Pro Ronco et la municipalité de Ronco sopra Ascona ont obtenu le gel de la vente et un droit de préemption pendant un an. Pour trouver ce financement, des pages Internet ont été créées par le centre Suisse de Los Angeles ainsi que par l’ université d’Osnabrück. Néanmoins, ces efforts n'ont pas abouti.

Début 2014, Gerald et Helen Farmer sont toujours les propriétaires de cette mythique villa.

Retour son héritage

Retour actualités


Avertissement:
Le contenu textuel de ce site (paulette-goddard.fr) appartient à son auteur Hervé Le Coupannec, en vertu de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. L'auteur se réserve le droit d'engager des poursuites, contre toutes personnes physiques ou morales, en cas d'utilisations ou de reproductions non autorisées du contenu de ce site. Les photos sont la propriété exclusive de leurs ayant-droits respectifs et sont utilisées à titre d'illustration du propos.