LES ROLES MANQUÉS DE PAULETTE GODDARD

 

Scarlett O’Hara
Personnage le plus célèbre de la littérature américaine de l’époque (tiré du best-seller de Margaret Mitchell paru en 1936 et prix Pulitzer en 1937)

photorolesmanquesaPaulette Goddard est fortement pressentie pour le rôle très convoité de Scarlett O’Hara dans le film de Victor Fleming : Autant en emporte le vent, produit par David O’Selznick, ancien de la MGM et fondateur en 1935 de la Selznick International Pictures. Le frère de celui-ci, Myron, est l’agent le plus influent d’Hollywood et celui de Paulette, encore jeune actrice assez inexpérimentée en quête de célébrité, et dont son plus grand rôle à l’époque reste celui de la gamine dans le film Les Temps Modernes (1936).

Afin de trouver l’actrice pouvant incarner le personnage de Scarlett, David O’Selznick lance, surtout pour des raisons publicitaires, un avis de recherche très médiatique à travers les États-Unis. Des milliers d’inconnues venues de tous les Etats et de nombreuses actrices renommées furent auditionnées comme Tallulah Bankhead, Bette Davis, Katharine Hepburn ou Lana Turner.

Sa beauté et son tempérament font de Paulette, pendant longtemps, la favorite du producteur avec qui elle a signé un contrat en 1938, grâce à un arrangement avec Charles Chaplin. A plusieurs reprises, son nom est avancé comme celui de l’actrice la plus crédible et la mieux placée pour le rôle, même la redoutable chroniqueuse Louella Parsons la surnomme Scarlett O’Goddard.

photorolesmanquesbSous la direction de George Cukor et coachée par son amie Constance Collier, elle fait ses premiers essais en février 1938, auprès de Marsha Hunt et Jeffrey Lynn. Elle travaille énormément l’accent du Sud avec un spécialiste des dialectes américains. Elle est la seule, avec Vivien Leigh, à faire des essais en technicolor en décembre 1938.
Elle montre alors de façon crédible sa palette de jeu : une présence dramatique tout en séduction et insolence avec un mélange d’entêtement et de sex appeal !

Mais les puissantes ligues puritaines et féministes s’en mêlent menacant de boycotter le film si l’héroïne (qui est loin d’être irréprochable en ne respectant pas les lois de la bonne société) est incarnée par Paulette, considérée comme une femme aux mœurs légères, accumulant les aventures et vivant de façon illicite une idylle avec Charles Chaplin, lui-même faisant face à des démêlés conjugaux. Ceux-ci affirment pourtant qu’ils se sont mariés en Asie mais refusent de présenter un certificat de mariage.
David O’Selznick, convaincu après des mois d’essais que Paulette convenait à merveille pour le rôle, cède cependant sous la pression médiatique de peur du scandale. La recherche d’une nouvelle actrice recommence.

photorolesmanquescElle fait cependant partie des quatre finalistes pour l’essai final, avec Jean Arthur, Joan Bennett et Vivien Leigh. Cet essai, fin décembre 1938, se compose de la présentation de deux scènes du film : celle de la confrontation dans la bibliothèque avec Ashley et celle du laçage de corset avec Mammy.

Après deux années de recherche, c’est l’anglaise et quasi-débutante Vivien Leigh peu connue aux Etats-Unis et compagne de Laurence Olivier, qui est préférée aux trois américaines. 

A l’époque, Paulette habite avec Charles Chaplin en face de la demeure de leur ami David O’Selznick, ce qui pose problème lorsqu’elle n’est pas choisie pour le rôle. Pour la consoler, le principal financier du film, Jock Whitney et Charles Chaplin lui offrent de magnifiques bijoux.
C’est sans aucun doute une énorme déception professionnelle pour Paulette. Car sa carrière aurait alors pris un autre essor et peut-être lui aurait permis de remporter, comme la talentueuse Vivien Leigh, l’oscar de la meilleure actrice !

Ce film remporte aussi huit autres Oscar dont celui du meilleur film et du second rôle féminin pour Hattie Mc Daniel, la photorolesmanquesdpremière actrice noire à recevoir cette récompense. C’est l’un des plus gros succès de l'histoire du cinéma !

Paulette tourne, cependant pour la MGM, une satyre délicieuse et cruelle sur l’univers féminin devenue un classique du cinéma : Femmes (1939), auprès de Joan Crawford, en étant à nouveau dirigée par George Cukor après les essais sur Autant en emporte le vent. C’est Clark Gable qui demande le renvoi de ce dernier, ayant commencé depuis trois semaines le tournage mais, privilégiant trop à son goût Vivien Leigh et Olivia de Havilland.

Pour compenser l’échec de ne pas avoir joué Scarlett O’Hara, Cecil B. de Mille lui offre un rôle similaire dans Les naufrageurs des mers du sud (1942) auprès de John Wayne. Ce film remporte un énorme succès lors de sa sortie américaine.

 

Les autres projets 

photorolesmanquesephotorolesmanquesfEn 1939, Marlène Dietrich trouve un de ses meilleurs rôles dans Femme ou démon de George Marshall, avec James Stewart. Ce rôle était dévolu au départ à Paulette Goddard. Elle tourne cependant sept films avec le réalisateur.

Après sa brouille avec Cecil B. de Mille sur le tournage du film  Les conquérants d’un nouveau monde (1947), elle essaye en vain de décrocher, en 1952, le rôle d’Angel dans Sous le plus grand chapiteau du monde, mais c’est Gloria Grahame qui l’obtient, auprès encore de James Stewart.

La même année, elle est pressentie pour interpréter Norma Desmond, auprès de William Holden, dans le classique Boulevard du crépuscule de Billy Wilder. Mais c’est Gloria Swanson qui obtient le rôle.

Elle travaille sur de nombreux projets qui ne se concrétisent pas, notamment celui sur le peintre Goya avec Jean Renoir et sur les adaptations de Carmen avec Alexander Korda, et du livre Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, avec Burgess Meredith.

Paulette fait aussi une demande auprès de son ex-mari, Charles Chaplin, pour un rôle dans son dernier film La Comtesse de Hong Kong (1966), mais en vain.

Retour sa carrière


Avertissement:
Le contenu textuel de ce site (paulette-goddard.fr) appartient à son auteur Hervé Le Coupannec, en vertu de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. L'auteur se réserve le droit d'engager des poursuites, contre toutes personnes physiques ou morales, en cas d'utilisations ou de reproductions non autorisées du contenu de ce site. Les photos et le film sont la propriété exclusive de leurs ayant-droits respectifs et sont utilisés à titre d'illustration du propos.