PAULETTE GODDARD & CHARLES CHAPLIN

 

Paulette Goddard rencontre Charles en 1932 et devient son épouse de 1936 à 1942.

pgmarischaplinphotoaCharles Spencer Chaplin est né le 16 avril 1889 à Londres (Royaume-Uni).
Il est le fils de Charles Chaplin Sr. et d’Hannah Hill, tous deux artistes de music-hall. Son père alcoolique abandonne sa famille et décède en 1901, à l’âge de 38 ans d’une cirrhose du foie. Il passe une enfance très miséreuse auprès de son demi-frère Sidney et de sa mère qui subira une lente détérioration mentale jusqu’à son décès en Californie, à l'âge de 63 ans, en 1928. Après un passage dans un orphelinat, il débute sa carrière professionnelle dans une troupe d'enfants danseurs de claquettes, Les huit gars du Lancashire (Eight Lancashire Lad). Pendant plusieurs années, il joue le rôle du petit groom Billy dans la pièce Sherlock Holmes. En 1908, il entre dans la troupe de théâtre (Repertoire Compan) du grand imprésario et spécialiste de la pantomime Fred Karno.
Après une première tournée aux Etats-Unis en 1910, il s'y installe en 1912. Lors de spectacles dans les music-halls américains fin 1913, il est remarqué par le producteur Mack Sennett qui l'engage à la Keystone, à Hollywood. Il apparaît très vite sous les traits du personnage mondialement célèbre de Charlot dans son second film, Charlot est content de lui (1914) : un éternel vagabond solitaire et maladroit à la démarche de canard, avec un chapeau melon trop étroit et poussiéreux surplombant une chevelure frisottée, une moustache en mouche, une redingote étriquée et râpée, un pantalon trop large et usé, des chaussures trop grandes et une canne de jonc désinvolte à la main. Il tourne alors dans plus de soixante courts métrages à succès dont vingt trois qu’il réalise lui-même produits par la Essanay, la Mutual puis la First National : Charlot boxeur (1915), Le vagabond (1915), Charlot policeman (1917), L’émigrant (1917), Charlot soldat (1918) ou Une vie de chien (1918).

Devenu très populaire et ayant une totale indépendance en matière de production grâce à la First National (qui lui offre un contrat d'un million de dollars), il monte en 1918 son propre studio et tourne ses derniers courts métrages comme Le kid (1921, énorme succès) ou Le pélerin (1923). Ayant fondé en avril 1919, une société de production et de distribution indépendante, dont il est membre jusqu'en 1952 : les Artistes Associés (United Artist), avec Mary Pickford, son mari Douglas Fairbanks Sr. et D.W. Griffith, il réalise son premier long métrage qui est un drame et un échec commercial : L’opinion publique (1923, seul film où il ne joue pas). Il revient alors à la comédie populaire avec La ruée vers l’or (1925), une de ses œuvres maîtresses. Puis il tourne Le cirque (1928, pour lequel il reçoit un oscar spécial) et Les lumières de la ville (1931).

Pendant cette période, Charles a de très nombreuses conquêtes comme Edna Purviance, son actrice fétiche dans les années vingt (qu'il gardera sous contrat jusqu'à la fin de sa vie), Pola Negri ou Marion Davies. Après deux ans de mariage (1918-1920) avec l'actrice Mildred Harris avec laquelle il a un fils malheureusement mort né (Norman Spencer), il épouse en seconde noce, en 1924, l'actrice Lita Grey qui lui donne deux fils (Charles Jr et Sidney), mais divorce avec perte et fracas deux ans plus tard.

pgmarischaplinphotobEn juillet 1932, Paulette Goddard rencontre donc l’un des divorcés les plus célèbres du monde, lors d’une soirée à l'île de Catalina sur le yacht de Joseph Schenk, président des Artistes Associés. Charles la voit alors comme une femme "gaie et amusante" et l'empêche d'investir une bonne partie de sa pension alimentaire, octroyée par son premier mari Edgar James, dans une société de production. Ils se retrouvent fréquemment pour de longues randonnées et elle emménage assez rapidement dans la maison de Charles, à Beverly Hill. Ils deviennent alors un couple en vue et participent à de nombreux événements mondains (course de chevaux ou galas). Charles achète pour elle, en 1933, le fameux yacht le Panacea pour faire de longues croisières en amoureux.
Paulette est, avec sa dernière épouse Oona, la femme qui l'a le plus marqué dans sa vie amoureuse par sa gaîté, son charme et son enthousiasme. Elle arrive à un moment où assailli par le doute (notamment sur son passage au parlant), miné par ses échecs sentimentaux et vilipendé par l'opinion publique puritaine pour sa vie privée, il envisage d'abandonner son métier. Elle va lui permettre d'ouvrir une nouvelle et féconde période de créativité et réussit à le réconcilier avec ses deux fils aînés. Ces derniers l’adoraient pour sa gentillesse et son influence positive sur Charles. Ils resteront toujours en contact avec Paulette qui rencontrera plus tard, à New York, la fille aînée de Charles : l’actrice Géraldine Chaplin.
Paulette signe, en 1934, un contrat avec le studio de son compagnon qui souhaite la diriger dans quatre films. Ils ne seront à l'affiche en fait que de deux films mais devenus des classiques : Les temps modernes (1936) et Le dictateur (1940). Le premier est un succès qui voit la carrière de Paulette, devenue brune, décoller après un long travail de préparation où Charles lui fait suivre des cours d'art dramatique, de chant et de danse. C'est aussi le premier film où l’on entend la voix de Charlot (avec son fameux charabia).
En février 1936, après la sortie des Temps modernes : ils s'embarquent avec enthousiasme, accompagnés de la mère de Paulette et d'un valet, pour une croisière de cinq mois à destination d’Hawaii, Tokyo, Shanghai, Hong Kong, Manille et de l'Indochine française. Pendant ce voyage, ils rencontrent Jean Cocteau et se marient début juin à Canton en Chine. Charles a 47 ans et Paulette 25 ans. Elle reste l’épouse la plus âgée !
Cette union reste secrète jusqu'à leur divorce prononcé sans heurts, à Juarez au Mexique, le 4 juin 1942. Elle reçoit notamment le Panacea et une confortable pension alimentaire estimée à un million de dollars. Ils se séparent de fait en décembre 1940, année où elle rencontre son troisième mari, Burgess Meredith, et où sort leur second film en commun : Le dictateur, le premier parlant de Chaplin pour lequel il reçoit quatre nominations à l'oscar. Elle vit pendant longtemps dans la maison de vacances de son agent Myron Selznick. Elle reste la seule des découvertes de Chaplin à demeurer célèbre après l'avoir quittée : dès 1936, elle tente en vain d'obtenir le rôle de Scarlet O'Hara mais tourne avec succès pour d'autres réalisateurs et studios en affirmant son indépendance vis-à vis de son mentor.

Charles se marie une quatrième fois en 1943 avec la fille du dramaturge Eugène O'Neill, Oona, de trente six ans sa cadette, ce qui provoque un scandale en enfreignant les lois de la bonne société américaine. Elle lui apporte la sérénité et la stabilité tant recherchées, et lui donne huit enfants dont la plus célèbre l’actrice Géraldine Chaplin. Certains de ses vingt cinq petits-enfants suivent aussi sa trace comme l’excellent James Thiérrée, fils d’un couple talentueux, créateurs du cirque invisible, Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée.

Paulette et Charles restent amis mais ne se voient que très rarement, même quand Paulette réside en Suisse, dans sa villa du lac Majeur. Ils se retrouvent notamment en 1948, à Los Angeles, avec Lita Grey et Oona O’Neill, à l’avant 1ère de la pièce de théâtre Rain joué par Sidney Chaplin puis, en 1956, à Paris pour un diner au restaurant La grande cascade du Bois de Boulogne avec le futur mari de Paulette l'écrivain Erich Maria Remarque et Oona.

pgmarischaplinphotocA la fin des années quarante, Charles Chaplin traverse une période très difficile. Une violente campagne de presse l’accuse de ne pas avoir pris la nationalité américaine après quarante et un ans de vie aux États-Unis. La presse ne cesse de s’acharner sur sa vie privée (victime notamment d'un procès en reconnaissance de paternité intentée par Joan Barry qui défraie la chronique et qui lui vaut de payer une rente pour un enfant qui n’est pas le sien) et sur ses opinions politiques de gauche (accusé de sympathies communistes par la commission des activités anti-américaines, qui l’assigne à comparaître plusieurs fois, mais jamais il ne se présenta). Il répond contre les calomnies en tournant Monsieur Verdoux (1947, où il abandonne ses habits du vagabond).

Après l’abrogation de son visa américain, il se réfugie et s'installe en Suisse en 1952, grâce à une tournée européenne de présentation de son film Les feux de la Rampe tourné à Londres la même année (pour lequel il reçoit l’oscar de la meilleure musique en 1973 !). Il achète, en 1953, le fameux Manoir de Ban à Corsier-sur-Vevey (canton de Vaud en Suisse), construit en 1840 et entouré d'un parc de 14 hectares. Ce manoir, toujours propriété de la famille Chaplin, devrait devenir en 2013 un Musée, consacré bien sur à Charlot (Chaplin’s world : the modern times Museum) !

Il reçoit de l’Union soviétique le Prix International de la Paix en 1954.
Charles Chaplin tourne ses deux derniers films en 1957 (Un roi à New York) et en 1966, en dirigeant Marlon Brando et Sophia Loren, sur un script conçu en 1936 lors de leur croisière en Asie pour Paulette et Gary Cooper (La Comtesse de Hong Kong, son unique film en couleur qui est un échec). Paulette adresse une lettre à Charles pour lui demander un rôle dans ce dernier film, mais en vain.
Il publie ses mémoires en 1964 (Histoire de ma vie), et continue à écrire des scénarios et à composer de nouvelles partitions musicales pour ses films muets.

A la fin de sa vie, son immense talent est enfin récompensé. Il reçoit, lors du festival de Cannes de 1971, la légion d’honneur et lors du Festival du film de Venise, en 1972, le Lion d'Or.

pgmarischaplinphotodPaulette et Charles se voient pour la dernière fois à New York, en avril 1972, au diner qui suit la soirée de gala du Lincoln Center's Philarmonic Hall, en hommage à Charles qui revient aux Etats-Unis pour recevoir, à Los Angeles, un oscar d’honneur bien mérité pour l’ensemble de sa carrière. La Guilde des réalisateurs américains l’honore en 1974. Il est enfin fait chevalier de l’Empire britannique, en 1975, avec le titre de Sir.

L’un des artistes les plus connus et reconnus de l’histoire du cinéma décède paisiblement dans son sommeil, à l’âge de 88 ans, le jour de Noël, le 25 décembre 1977, au Manoir de Ban, d’une cause naturelle. Ses funérailles ont lieu deux jours plus tard en l'église anglicane de Vevey et il est enterré au cimetière de la même ville.     

Paulette est contactée, en mars 1978, pour la rançon concernant la dépouille de son ex-mari Charles volé le 1er mars au cimetière de Vevey. Heureusement, le cercueil est retrouvé seize jours plus tard dans un champ près de Noville, à vingt kilomètres de Vevey. Les deux ravisseurs sont condamnés en décembre 1978 à quatre ans de travaux forcés pour le cerveau et à une condamnation avec sursis de 18 mois pour son complice.

Paulette décède treize ans plus tard en 1990.

Galerie photos Goddard-Chaplin

Retour ses maris

 

Charles Chaplin & Paulette Goddard (Film de LynHaleBass)


Avertissement:
Le contenu textuel de ce site (paulette-goddard.fr) appartient à son auteur Hervé Le Coupannec, en vertu de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. L'auteur se réserve le droit d'engager des poursuites, contre toutes personnes physiques ou morales, en cas d'utilisations ou de reproductions non autorisées du contenu de ce site. Les photos sont la propriété exclusive de leurs ayant-droits respectifs et sont utilisées à titre d'illustration du propos.